Fort Mahon

001

En 1923, la commune de Fort-Mahon-Plage voit officiellement le jour. A l'occasion du centenaire de la commune, le Parc naturel régional baie de Somme Picardie maritime a réalisé en partenariat avec Archipop un court documentaire composé d'images d'archives et de témoignages. Ce documentaire donne la parole aux habitants qui nous livrent leurs souvenirs personnels de la station balnéaire et apportent un regard sur son évolution au fil des cent dernières années.

Regardez le reportage

Le centenaire d'une jeune commune

ImageImage

Les chemins de fer

de la Baie de Somme

002

A la fin du XIXème siècle, le trafic ferroviaire se développe. La création de la ligne Paris-Boulogne combinée au développement des stations balnéaires favorisent l’essor touristique du littoral. Le réseau des Bains de mer se constitue progressivement. C’est en 1858 qu’est inauguré la ligne reliant Noyelles-sur-Mer à Saint-Valéry-sur-Somme. D’abord conçu pour transporter des marchandises, il permettra également d’acheminer de nombreux touristes Au Crotoy, à Saint-Valéry-sur-Somme et Cayeux-sur-mer. Ce réseau des Bains de mer sera utilisé pendant les deux guerres mondiales. Il finira par tomber en désuétude dans les années 60 avec le développement du trafic routier et la fermeture de la râperie de Lanchères. Lorsque le transport de galets passa par la route, le chemin de fer perdit son trafic le plus important pour finalement cesser toute activité en 1972. Suite à la fermeture d’une partie de la ligne reliant Le Crotoy à Noyelles-sur-mer en 1969, l’association du Chemin de Fer de la Baie de Somme fut créée afin de sauvegarder cette ligne par l’exploitation touristique. Depuis, l’association constituée de salariés et de bénévoles, propose tout au long de l’année des trajets de Cayeux-sur-Mer au Crotoy et continue d’entretenir et de rénover d’ancienne locomotives et wagons.

Ecoutez les podcasts

Le centenaire d'une jeune commune

Histoire de l'association CFBS

La rénovation

L'histoire de la 130 Cail

Image
ImageImage

Le bâti traditionnel 

Picard

003

Les plateaux du Ponthieu et du Vimeu offrent une craie de qualité moyenne, c’est pourquoi la construction en torchis et pans de bois est privilégiée pour la construction traditionnelle. Contrairement à l’architecture normande, seuls les sablières et les encadrements des baies sont laissés apparents dans la construction en pan de bois picarde. À partir du XIXe siècle, le torchis est progressivement remplacé par la brique. D’autres matériaux locaux comme le grès, le silex ou le galet, accessibles et peu coûteux, sont aussi employés pour les soubassements et les éléments de parement. La maison traditionnelle picarde est une habitation basse et longue pour réduire sa prise au vent. Elle suit un plan caractéristique même si certaines pièces sont modulables pour s’adapter à l’aisance du propriétaire.

Ecoutez les podcasts

Le torchis

La perte des traditions

Le défaut de formation

Image
ImageImage

Le parc du Marquenterre

004

Le littoral picard est façonné depuis des millénaires par les mécanismes naturels maritimes et l’activité humaine. Les phénomènes d’érosion du trait de côte produisent des paysages complètement différents au nord et au sud de l’estuaire de la Somme. Le littoral sud se caractérise par un cordon de galets de 16 kilomètres de long, unique en Europe, tandis que le littoral nord s’étend sur 4500 hectares de massif dunaire jusqu’à la baie d’Authie. Le recul de la mer a favorisé la formation d’espaces marécageux transitoires, appelés « bas-champs ». Dès le XIIème siècle, les abbayes et seigneurs locaux ont entrepris l’aménagement de ces terrains marécageux par un système de renclôtures composé de fossés, de digues et de « nocs » pour drainer ces terrains et les protéger des submersions marines. Les premières renclôtures sont aménagées dans le Marquenterre, vers la baie d’Authie (1136) et le val de Rue. L’implantation des villages s’étend alors dans ces zones de bas-champs. Ces espaces naturels ne cessent pour autant d’évoluer. Les paysages littoraux actuels témoignent de la lutte séculaire des habitants contre la mer. Le domaine du Marquenterre en est un parfait exemple.

Regardez le reportage

Image
ImageImage

Fort Mahon

001

Image
En 1923, la commune de Fort-Mahon-Plage voit officiellement le jour. A l'occasion du centenaire de la commune, le Parc naturel régional baie de Somme Picardie maritime a réalisé en partenariat avec Archipop un court documentaire composé d'images d'archives et de témoignages. Ce documentaire donne la parole aux habitants qui nous livrent leurs souvenirs personnels de la station balnéaire et apportent un regard sur son évolution au fil des cent dernières années.

Regardez le reportage

Le centenaire d'une jeune commune

Image

Les chemins de fer

de la Baie de Somme

002

Image

A la fin du XIXème siècle, le trafic ferroviaire se développe. La création de la ligne Paris-Boulogne combinée au développement des stations balnéaires favorisent l’essor touristique du littoral. Le réseau des Bains de mer se constitue progressivement. C’est en 1858 qu’est inauguré la ligne reliant Noyelles-sur-Mer à Saint-Valéry-sur-Somme. D’abord conçu pour transporter des marchandises, il permettra également d’acheminer de nombreux touristes Au Crotoy, à Saint-Valéry-sur-Somme et Cayeux-sur-mer. Ce réseau des Bains de mer sera utilisé pendant les deux guerres mondiales. Il finira par tomber en désuétude dans les années 60 avec le développement du trafic routier et la fermeture de la râperie de Lanchères. Lorsque le transport de galets passa par la route, le chemin de fer perdit son trafic le plus important pour finalement cesser toute activité en 1972. Suite à la fermeture d’une partie de la ligne reliant Le Crotoy à Noyelles-sur-mer en 1969, l’association du Chemin de Fer de la Baie de Somme fut créée afin de sauvegarder cette ligne par l’exploitation touristique. Depuis, l’association constituée de salariés et de bénévoles, propose tout au long de l’année des trajets de Cayeux-sur-Mer au Crotoy et continue d’entretenir et de rénover d’ancienne locomotives et wagons.

Ecoutez les podcasts

La création du réseau des bains de mer

Histoire de l'association CFBS

La rénovation

L'histoire de la 130 Cail

Image
Image

Le bâti traditionnel 

Picard

003

Image

Les plateaux du Ponthieu et du Vimeu offrent une craie de qualité moyenne, c’est pourquoi la construction en torchis et pans de bois est privilégiée pour la construction traditionnelle. Contrairement à l’architecture normande, seuls les sablières et les encadrements des baies sont laissés apparents dans la construction en pan de bois picarde. À partir du XIXe siècle, le torchis est progressivement remplacé par la brique. D’autres matériaux locaux comme le grès, le silex ou le galet, accessibles et peu coûteux, sont aussi employés pour les soubassements et les éléments de parement. La maison traditionnelle picarde est une habitation basse et longue pour réduire sa prise au vent. Elle suit un plan caractéristique même si certaines pièces sont modulables pour s’adapter à l’aisance du propriétaire.

Ecoutez les podcasts

Le torchis

La perte des traditions

Le défaut de formation

Image
Image