Le V de la Victoire

LA FIN DE L’UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES DANS LES COMMUNES

Les voiries sont particulièrement sensibles à la pollution chimique. En effet, leur imperméabilité accroit les risques de lessivage de ces produits chimiques toxiques vers les cours d’eau voisins.
D’où l’intérêt de trouver des alternatives à l’usage de ces produits chimiques.
La réglementation interdit désormais, depuis le premier janvier 2017, leur usage dans les espaces publics. Il sera également interdit dans les jardins particuliers, à partir de 2019.
Certaines communes pionnières n’ont pas attendu 2017 et ont déjà réussi à se passer de produits chimiques. C’est le cas de Mons-Boubert et Saint-Valery-sur-Somme.

L’ expérience acquise par ces communes, ainsi que par les acteurs qui accompagnent techniquement les communes (CPIE et FREDON Picardie, financés par l’Agence de l’Eau) montre que :

–    L’arrêt de l’utilisation des produits phytosanitaires, c’est techniquement et économiquement possible.
–    Cela demande de s’équiper en nouveaux matériels.
–    Mais cela demande, plus largement, de repenser la gestion des espaces verts de la commune :

o    Favoriser toutes les méthodes qui permettent de ne pas avoir à désherber, telles que l’utilisation de paillages, de plantes pérennes couvre-sol, ou de gazons,
o    Ne pas désherber toutes les zones de la commune avec la même intensité

–    Il va falloir habituer les habitants à vivre avec quelques herbes spontanées sur les voiries de leur commune. C’est nécessaire pour le bien de leur santé et de leur portefeuille.

Baie de Somme 3 Vallées, syndicat mixte porteur du projet de Parc Naturel National Baie de Somme Picardie Maritime, souhaite, tout naturellement, accompagner la mise en place d’alternatives aux produits chimiques pour la gestion des espaces verts.

Les 16 mars 2017, Baie de Somme 3 Vallées et les communes de Mons-Boubert, et Saint-Valery-sur-Somme  ont réalisé une journée d’information et de démonstration permettant un partage d’expériences et une démonstration de matériel qui ont rassemblé plus de 200 personnes.

Une formation est ainsi prévue en début d’été et une autre à l’automne, pour poursuivre cet accompagnement, en insistant notamment sur la gestion des cimetières, la gestion des espèces invasives, ou le choix des essences à planter.
Une enquête sera lancée ce printemps auprès des communes du territoire, sur le matériel que les communes envisagent d’acheter, ainsi que sur le matériel dont elles disposent et qui pourrait être partagé avec des communes voisines.

equipe-XAVIER_0917
Pour plus de renseignements

Xavier Lethève

x.letheve@baiedesomme3vallees.fr