Le Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale est une aire marine protégée, un espace protégé en mer qui répond à trois objectifs : la connaissance, la protection du milieu marin, le développement durable des activités maritimes. C’est le cinquième parc naturel marin créé en France et le premier de la façade maritime Manche – Mer du Nord. Situé en face du Royaume-Uni, le Parc couvre 2300 km² d’espace marin et longe 118 km de côtes. Il fait partie de l’Agence française pour la biodiversité, un établissement public du Ministère de de la Transition écologie et solidaire. Le Parc est géré par un conseil de gestion composé d’acteurs locaux : des élus, des représentants des usagers professionnels et de loisirs, des organismes environnementaux et culturels, des centres de recherche scientifique et des services de l’État. Le conseil décide de la politique du Parc selon les orientations de gestion fixées dans le décret de création et élabore son plan de gestion. Le Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale constitue, de par sa localisation, un carrefour biologique et économique majeur. Activités humaines et environnement marin y sont historiquement et culturellement liés.

  • PNMEPMO-com-HD

Le Parc naturel marin est une reconnaissance nationale d’un territoire de référence

icone-PNM-titre

Un outil de gestion et de protection de la mer

Le Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale est un outil original qui offre de nouvelles perspectives en matière de gestion des espaces maritimes et a pour ambition de répondre à trois objectifs indissociables :

• la connaissance du milieu marin,

• la protection de ce milieu et notamment des habitats et des espèces qu’il abrite,

• le développement durable des activités maritimes.

Le Parc ne met pas « sous cloche » l’espace protégé. Tout en préservant le patrimoine naturel, il doit contribuer au développement durable des activités maritimes, qui dans la plupart des cas, dépendent du bon état écologique du milieu marin. De plus, il participe à la sensibilisation des acteurs et des usagers aux enjeux de préservation du patrimoine naturel marin.

icone-PNM1-titre

Un écosystème exceptionnel, encore méconnu et fragile

• 2 mers (Manche et Mer du Nord),

• 7 fleuves côtiers,

• 1 fleuve marin (dérive vers le nord du panache de la Seine et des sept estuaires),

• 1 grande diversité de milieux (estuaires, estrans, fonds marins, etc.),

• + de 200 espèces animales et végétales recensées, certaines migratrices : 16 espèces de mammifères marins, 69 espèces d’oiseaux marins, 90 espèces de poissons, 37 espèces de végétaux, auxquelles s’ajoute un très grand nombre d’invertébrés.

icone-PNM2-titre

Des ressources et des hommes

• + de 40 espèces exploitées (poissons, crustacés, mollusques, végétaux, etc.),

• + de 180 navires de pêche artisanale, 850 marins, 2 500 emplois induits (Boulogne-sur-Mer est le 1er port de pêche de France),

• + de 350 pêcheurs à pied,

• 80 000 navires de transport maritime par an (le Pas de Calais est le deuxième détroit le plus fréquenté au monde avec 20% du trafic maritime mondial),

• 6 700 emplois induits par le tourisme sur le littoral,

• 20 000 m³ de galets produits par an.

Le Parc naturel marin se donne pour objectif la préservation à long terme de ces richesses naturelles, humaines et culturelles.

icone-PNM-titre

Le décret de création, acte de naissance du parc

Après trois années de concertation et une enquête publique, le Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale a été créé par décret le 11 décembre 2012. Le décret de création fixe les trois composantes du Parc :

le périmètre :
le Parc couvre une superficie de 2 300 km² d’espace marin et s’étend d’Ambleteuse au Tréport

Le conseil de gestion :
la gouvernance du Parc est assurée par 60 membres représentant l’ensemble des acteurs locaux

les orientations de gestion :
au nombre de 8, elles définissent les grands
objectifs du Parc

Huit orientations de gestion

Les orientations de gestion définissent la personnalité et les grandes finalités du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale. Elles guident ensuite l’ensemble de l’action du Parc. Elles ont émergé lors de la concertation avec les acteurs locaux durant la phase de mission d’étude, préliminaire à la création du Parc.

Au nombre de huit, elles couvrent tous les champs d’intervention et les objectifs du Parc naturel marin.

> Mieux connaître le milieu marin et partager cette connaissance ;

> Protéger les écosystèmes et le patrimoine naturel marin ;

> Contribuer au bon état écologique des eaux marines ;

> Mieux connaître, faire connaître et préserver les paysages marins et sous-marins, les valeurs et biens culturels ;

> Coordonner de manière partenariale la gestion des espaces protégés en mer ou contigus à la mer ;

> Développer de manière durable les différentes pêches, activités essentielles à l’économie locale ;

> Développer de manière durable et en restant ouvert à l’innovation les activités s’exerçant dans le respect des milieux :
usages professionnels, de loisir, et usages traditionnels porteurs de l’identité maritime ;

> Coopérer avec les pays voisins pour la protection et la gestion d’un espace marin commun.

Nouv_AFB-logoprovisoire_1406_72dpi_RVB

Les parcs naturels marins, créés par la loi du 14 avril 2006, sont gérés par l’Agence française pour la biodiversité, un établissement public du ministère de la Transition écologique et solidaire

Comme la charte du projet Parc naturel régional Baie de Somme Picardie maritime sur terre le plan de gestion est un véritable projet de territoire marin pour les 15 prochaines années 

icone-PNM-titre

Vers une excellence environnementale

Le Parc naturel marin a la possibilité d’émettre des avis sur les projets, afin d’en garantir la qualité environnementale.
Lorsque ceux-ci sont « susceptibles d’altérer de façon notable le milieu marin » (article L. 334-5 du Code de l’environnement), l’avis du conseil de gestion devient « conforme »,

c’est-à-dire qu’il doit obligatoirement être suivi par les autorités publiques en charge du dossier. Le plan de gestion sert ainsi de guide pour apprécier l’impact potentiel des projets sur le milieu marin, formuler les avis simples ou conformes et les étayer de recommandations constructives. Il s’agit avant tout d’une incitation vis-à-vis des acteurs à proposer des projets exemplaires en matière environnementale.

Le Parc naturel marin peut-il interdire ou réglementer une activité professionnelle ou de loisir ?

La création du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale n’induit en soi aucune nouvelle réglementation. Le conseil de gestion du Parc ne dispose pas de pouvoir réglementaire. Toutefois, il peut proposer une nouvelle réglementation ou une évolution de la réglementation en vigueur s’il le juge nécessaire.
Le conseil peut également s’opposer à une activité susceptible d’avoir un impact notable sur le milieu marin, grâce à son pouvoir d’avis conforme. Le respect des réglementations existantes en matière de contrôle des pêches, de police de l’environnement et de police des biens culturels doit être exemplaire dans le Parc.
Les agents de terrain d’un parc naturel marin sont commissionnés et assermentés pour les faire appliquer. En parallèle, le Parc mène une politique de sensibilisation et de soutien envers les usagers professionnels et de loisirs afin de développer ensemble des pratiques durables, respectueuses du milieu marin.

Une vision partagée de notre territoire :
pour les 15 ans à venir

SONY DSC
logo-15an

Élaboré par le conseil de gestion du Parc naturel marin avec l’appui de son équipe technique le plan de gestion détermine les mesures de protection, de connaissance, de mise en valeur et de développement durable à mettre en œuvre dans le Parc naturel marin. Il fixe des objectifs à 15 ans. Cette vision globale et ambitieuse de la gestion de l’espace marin sert de cadre à l’ensemble de ses actions quotidiennes. 15 ans, c’est un pas de temps significatif à la fois pour les évolutions environnementales (évolution des écosystèmes, d’une espèce, du climat…) mais aussi de société (nouveaux comportements, nouveaux outils…).
L’État, les collectivités territoriales et les organismes associés à la gestion du Parc naturel marin veillent à la bonne cohérence de leurs actions avec le plan de gestion du Parc. 15 ans c’est également le temps de réalisation de la Charte de Parc naturel Régional, qui sur l’espace terrestre détermine le chemin à suivre pour le territoire en respectant l’équilibre entre des trois piliers du développement durable la encore c’est la cohérence avant tout. 

Quelle est la plus-value d’un Parc naturel régional et d’un Parc naturel marin par rapport aux outils de gestion déjà existants ?

Par rapport à d’autres outils de protection du milieu naturel (réserve naturelle, coeur de parc national, Natura 2000, etc.) davantage axés sur la préservation du patrimoine naturel, culturel ou paysager, l’originalité du Parc Naturel régional et du Parc naturel marin résident dans la complémentarité entre les objectifs de protection de l’environnementale, sociaux (l’Homme) et économiques. Ce sont des outils globaux qui traite aussi bien de questions environnementales, économiques, culturelles, que paysagères.
Enfin, les Parcs naturels marins et Régionaux sont des outils fédérateurs et catalyseurs de projets qui permettent de développer des partenariats et de mobiliser des fonds. Ils favorisent le rayonnement du territoire comme pôle d’excellence et de compétences. 

icone-PNM-titre

Qu’est ce qu’une aire marine protégée ?

Les aires marines protégées (AMP) sont des espaces délimités en mer qui répondent à des objectifs de protection de la nature à long terme. Le code de l’environnement reconnaît aujourd’hui 15 catégories d’aires marines protégées. La plupart des aires marines protégées permettent de concilier les enjeux de protection et le développement durable d’activités. Leurs modes de gouvernance associent le plus souvent les usagers, les élus, les experts, etc. à la gestion de l’espace marin classé. En Manche, les aires marines protégées sont nombreuses : réserves naturelles nationales, aires de protection de biotope, sites Natura2000, zones humides d’importance internationale RAMSAR, mais aussi, côté britannique, « Marine Conservation Zones » et « Sites of Special Scientifi c Interest ».

LE RÉSEAU DES PARCS NATURELS MARINS

Début 2017, il existe 9 parcs naturels marins en France (4 en métropole, 2 en outre-mer). Les parcs travaillent en réseau, avec une mutualisation des compétences et des moyens via l’Agence des aires marines protégées. Ce réseau est en constante progression.

Illustration 5-8

Le Parc naturel marin d’Iroise
(3 500 km²) pointe du Finistère.
Créé en 2007

Illustration 6-8

Le Parc naturel marin de Mayotte
(70 000 km²) dans l’océan Indien
Créé en 2010

Illustration 7-8

Le Parc naturel marin du golfe du Lion
(4 000 km²) en méditerranée
Créé en 2011

Illustration 9-8

Le Parc naturel marin des Glorieuses
(43 500 km²)
Créé début 2012

Illustration 8-8

Le Parc naturel marin des estuaires picards
et de la mer d’Opale

(2 300 km²)
Créé fin 2012.

archa

le Parc naturel marin du bassin d’Arcachon
(435 km²)
Créé en juin 2014

Gironde pertuis

le Parc naturel marin Gironde et de la mer des Pertuis
(6500 km²)
Créé en juin 2015

Gironde pertuis

le Parc naturel marin Cap Corse
(6830 km²)
Créé en juin 2016

Gironde pertuis

le Parc naturel marin de Martinique
(48 900 km²)
Créé en juin 2016

HD-LogoEPMO-RVB

parcmarin.epmo@afbiodiversite.fr