BAIE-fond-banière_cta

L’édition 2017 de « C’est tout un art » s’inscrit dans la dynamique des Journées Européennes du Patrimoine. Le parcours artistique qui relie les expositions sillonne le territoire d’un manoir à une chapelle, d’un moulin à une maison éclusière.

 

Investis par des artistes , peintres, sculpteurs, plasticiens , ces lieux retrouvent une nouvelle vie . Même éphémère , cette manifestation redore les atouts de notre patrimoine et, si vous vous prenez au jeu, vous aurez le plaisir d’entendre , lors de votre passage, la lecture d’ une nouvelle inspirée par le lieu et écrite pour l’occasion.

BAIE--Préô_cta

Lancement de la 9ème édition – Le Préô – St Riquier

Le 14 septembre 20h soirée « lectures, salades et desserts».

Se laisser emporter au rythme des lectures, tout en appréciant la convivialité d’un repas au Préo

entrée 12 euros réservation obligatoire

03.22.24.40.74
09.70.20.14.10
contact@baiedesomme3vallees.fr

BAIE-Garopôle_cta

Abbeville – Garopôle

Vincent Guillier écrit :

Chronique des pas perdus Un long poème, écrit en hommage à Ivar Ch’vavar et Pierre Garnier. Là où leurs chemins se sont croisés, aux abords de la gare d’Abbeville. «Comment s’étaient-ils rencontrés ? Par hasard, comme tout le monde». Ils se sont dit les noms des écrivains d’autrefois ou de maintenant, connus et inconnus. Le point de tous les départs commence dans un quartier d’Abbeville.

caravane - garopôle
BAIE-Chapelle-_cta

Cayeux-sur-Mer – Chapelle du Hourdel

Christine Loriaux et Sophie Hélene exposent
Marion Bonneau écrit 

Il fait chaud au Hourdel ce matin malgré la brise ténue. Lumière drue. La mer à peine visible roule ses vagues au loin. Elle sera là bientôt, entrera dans la baie au galop. Pour l’instant, elle joue la sauvage, l’exilée, l’apatride. Découvre une fascinante étendue de sable et de cailloux. Bout du monde. Peut-on se perdre ici? Des voix parviennent, des bribes. Des paroles envolées. Murmures. Photographies. Instantanés.

christine loriaux- cayeux
BAIE-Hamelet_cta

Favières – La Chapelle du Hamelet

Corine Van den Bussche expose
Philippe Sturbelle écrit

J’ai la berlue ou quoi ? Le malheureux a beau recompter, il n’y a que 8 tombes surmontées de leur étrange croix de fer. Hier, il y en avait 9. Mais alors, on aurait volé une tombe ?!! Le vent dans les branches semble émettre un ricanement lugubre. Ah, ah, ah…

corine van den bussche - favières
BAIE-Moulinref_cta

Frucourt – Le moulin

Remi Damiens expose
Juliette Damiens écrit

Dans la troupe ,Y’a pas d’jambes de bois ! Y’a des nouilles, Mais ça n’se voit pas ! On m’a dit d’aller tout droit, cela fait des jours que je marche droit, des mois, des années droit, tout droit. On m’ a dit c’est pas compliqué c’est tout droit, tu ne peux pas te tromper. C’est peut être pas compliqué mais je ne comprends pas pourquoi tout le temps droit. J’avance droit, droit devant. Quand je traverse, je regarde à gauche à droite, c’est beau ! Sur les côtés, ça me plaît, ça me fait rêver, je réfléchis souvent à ce pas de côté, je glisserai mon pied et pivoterai, peut-être qu’en y allant lentement, au ralenti on ne me verrais pas… , mais non je continue mon chemin comme on me l’a dit : droit devant, toujours devant, tout droit! J’avance ça c’est sûr j’avance sur cette infinie verticale, de nouveaux paysages, de nouvelles couleurs, mais toujours le même point de vue, je poursuis cette ligne infinie, celle que l’on appelle : la vie / ma vie.

photo Frucourt
BAIE-mel_cta

Long – La maison éclusière

Aîna Wallé Zay expose
Emilie Gevart écrit

Alors jouer avec les mots, d’une maison éclusière à Long… déduire l’éclusier, chercher sa trace, comme une enquête, à Long, mais courte, jouer encore, jouer des mots, jouer de leur étrange coïncidence. Ici Long dit la longueur de l’onde, et l’écluse sa brisure, cet éclat dans ce mot qui s’use… la Somme est éduquée à la faveur de l’architecture de son eau, le courant samarien s’apprivoise à Long. Ainsi nous avons l’éclusier, la Somme et Long. Cherchons la longueur d’onde….

Aina - Long
BAIE-Chaussoy_cta

Toeufles – Le Manoir du Chaussoy 

Anne-Marie Leclaire et Claude Raimbourg exposent
Pierre Gevart écrit 

D’habitude, les fantômes, ça vit dans les châteaux. Mais ici, à Toeufles, la question qui se pose n’est pas celle des fantômes du château, mais du château-fantôme. Ici ou là, on vous laisse échapper des bribes de l’histoire. Là-bas, à Bellavesnnes, il y en a eu un de château. Et il n’y en a plus. Il parait que les anciens propriétaires – des anglais – avaient fini par se lasser, par avoir le mal du pays, et par repartir chez eux. Pas assez las, cependant, pour s’être fatigués de leur demeure seigneuriale, à tel point qu’ils la firent démonter pierre par pierre, et transporter au-delà de la Manche…

photp cayeux
Pièce jointe vide ou le type d'article n'est pas une 'pièce jointe'
Pour plus de renseignements
Christine Vanhée

c.vanhee@baiedesomme3vallees.fr