Hommage au Mozart du XIXème siècle à Long – 13.05.18

 Le prochain concert de la saison musicale du Conservatoire de l’Agglomération de la Baie de Somme est dédié à ce compositeur, né à Hambourg en 1809, et décédé à 38 ans à Leipzig(1847). Enfant prodige, ce qui lui valu d’être comparé au talentueux musicien salzbourgeois par Schumann, il fut un virtuose du piano, de l’orgue et un compositeur reconnu en Allemagne et dans toute l’Europe notamment en Grande–Bretagne. Maillon essentiel entre le XVIIIème siècle et la naissance du romantisme, il fut aussi celui qui redonna vie à la musique de Jean-Sébastien Bach et Haendel.

Connu du grand public pour son  concerto pour violon n° 2, certains thèmes du Songe d’une nuit d’été (musique de  scène d’après Shakespeare), les Variations sérieuses (1841) pour piano .Il fut nommé directeur du Gewandhaus de Leipzig en 1835 puis il supervise, à la demande du Roi de Prusse, Frédéric Guillaume IV, la réorganisation de la vie musicale à Berlin à partir de 1840.

Contemporain de Brahms, Liszt, Wagner et Berlioz, il s’intéressa peu à l’opéra laissant une œuvre importante pour piano, de musique symphonique et de chambre, de romances sans paroles, de  lieder mais aussi religieuse (grands  oratorios).

 

Trois interprètes pour ce concert qui mêlera les sonorités du violon, de l’orgue, et la voix. Mélodies, romances sans paroles du compositeur hambourgeois mais aussi  de un extrait de la Passion selon Saint Matthieu, le Magnificat de Johann Bach (1685-1750) sans oublier deux compositeurs proches de l’univers « mendelssohnien » : Josef Rheinberger, (1839-1901), compositeur et pédagogue originaire du Liechtenstein, un classique convaincu,  redécouvert depuis peu qui fut maître le de Chapelle de Louis II de Bavière  et un autre hambourgeois célèbre, Johannes Brahms (1833-1897).

Les notes de Marie-Paule Milone, violoncelliste et mezzo-soprano résonneront le dimanche 13 Mai dans l'église Saint Jean-Baptiste de Long

Les notes de Marie-Paule Milone, violoncelliste et mezzo-soprano résonneront le dimanche 13 Mai dans l’église Saint Jean-Baptiste de Long

Marie-Paule Milone, violoncelliste et mezzo-soprano, formée en Finlande et aux États-Unis  mène une double  carrière de violoncelle solo invitée par de grands orchestres en France, Europe et USA, et de chanteuse lyrique tout en assurant une activité pédagogique au CRR de Paris. Ce concert fera la part belle à sa voix.

Simon Milone (son neveu) a, lui, fait ses études  au Conservatoire Royal

de Bruxelles et au CNSR de Paris. Il est violoniste au sein de l’orchestre Les Siècles de François -Xavier Roth.

Adrien Levassor, donnera la mesure de son talent en jouant sur le magnifique orgue Cavaillé-Coll de l’église St Jean-Baptiste de Long. Élève de Xavier Eustache, Éric Lebrun et Pierre Pincemaille, il se forme également au CNSM de Lyon et de Paris. Enseignant au conservatoire de l’Agglomération Baie de Somme, il est titulaire des grandes orgues de St Jean-Baptiste de la Salle à Paris 

Adrien Levassor, également directeur artistique des Concerts du Parc et de Orgues en Octobre, aura le loisirs jouer sur le magnifique orgue Cavaillé-Coll de St Jean-Baptiste de Long

Adrien Levassor, également directeur artistique des Concerts du Parc et de Orgues en Octobre, aura le loisirs jouer sur le magnifique orgue Cavaillé-Coll de St Jean-Baptiste de Long

Programme

Josef  Rheinberger :

Thème et Variations (orgue – violon)

 

Johann-Sebastian Bach :

            La Passion selon St Mathieu (extrait) Erbarmedich  (orgue – violon – chant)

            Choral Nunkomm der HeidenHeiland (orgue)

           Quia respexit / Magnificat (orgue – violon – chant)

           Sinfonia (orgue solo)

 

           Félix Mendelssohn :

           Der Blumenstrauss  (orgue – chant – violon)

           Sehnsucht  (orgue – chant)

           Hear my prayer (orgue – chant – violon)

           Sonate n° 6 sur Vater UnserimHimmelreich  (orgue solo)

           Aria n°  7:Jerusalem, die du tötest den Propheten de Paulus (orgue-chant-

           violon)

          Suleika (orgue – chant)

          AufFlugeln des Gesanges (orgue – chant)

          Lied ohneWorte n° 1  (transcription pour  violon et orgue) 

 

Johannes  Brahms :

Un Requiem allemand  (extrait) IhrhabtnunTraurigkeit (orgue – chant – violon)

 

Dimanche 13 mai – 17h

Église Saint Jean-Baptiste de Long

Dans le cadre de jour de l’orgue et d’orgue en France. Pour tous renseignements : 03 22 24 41 28 cri-abbevillois@orange.fr

Les apéros du Patrimoine – Patrimoine bâti de marcheville, dans et hors les murs

Tous à Marcheville  le jeudi 19 avril prochain !

Pour ce cinquième rendez-vous des Apéro-Patrimoine, Clotilde de Zélicourt  chargée de mission urbanisme/paysage à Baie de Somme 3 Vallées vous  fera découvrir certains bâtiments traditionnels de ce petit hameau du Ponthieu, situé au sud de Crécy, lors de la première partie de la visite et l’influence de sa position géographique entre forêt et plateau du Ponthieu dans son développement .

Dans un deuxième temps la visite sera consacrée au cimetière, à son histoire et à certains éléments architecturaux particuliers (dépositoire et piliers d’entrée). Cette présentation sera assurée par Esther Lipinski, architecte patrimoine au CAUE 80 (association Conseil d’architecture, d’Urbanisme, et de l’Environnement de la Somme)  partenaire de Baie de Somme 3 Vallées.

Ces éléments architecturaux bénéficieront, dans le cadre de  notre appel à projet « sauvegarde du petit patrimoine » de travaux de rénovation. La commune de Crécy-en-Ponthieu réalisera le chantier avec une aide financière de Baie de Somme 3 Vallées et les conseils du CAUE 80.

CAUE 80

Les apéros du patrimoine

Dans le cadre du projet de Parc Naturel Régional Baie de Somme Picardie Maritime propose au public lors d’un Apéro Patrimoine la (re)découverte d’un  ou de différents éléments du bâti  présent  dans le  cadre de vie quotidien.

Cette proximité a souvent pour conséquence de banaliser le ou  les édifices qu’ils soient à usage d’habitation, de travail agricole, artisanal, industriel ou à destination religieuse.

L’animation se décompose en 2 actes, un premier autour d’une visite guidée le second autour d’un débat autour du patrimoine et d’un apéro*.

*L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.

Frédéric-Nicolas Kocourek, lors de la visite guidée de L'Apéro du Patrimoine de Béthencourt-sur-Mer

Frédéric-Nicolas Kocourek, lors de la visite guidée de L’Apéro du Patrimoine de Béthencourt-sur-Mer

clotilde

Pour plus de renseignements 

Clotilde de Zélicourt 
Chargée de mission Urbanisme et Paysage
c.dezelicourt@baiedesomme3vallees.fr

La culture, un véritable atout pour le succès touristique de nos territoires

À l’occasion du Conseil interministériel du Tourisme réuni le 19 janvier 2018 sous la présidence du Premier ministre, Françoise Nyssen, ministre de la Culture, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances ont signé une nouvelle convention Culture-Tourisme.

Par cette convention cadre, le ministère de la Culture et les ministères chargés du Tourisme s’engagent à renforcer leur coopération, et celle de leurs opérateurs et partenaires respectifs, pour promouvoir, soutenir et développer la filière du tourisme culturel en France.

Cet engagement se décline tant à l’échelle nationale qu’à travers les politiques menées dans les régions. Il se concrétise, par exemple, par la nomination d’un référent « tourisme culturel » dans chaque DRAC et DAC.

Resserrer et approfondir les liens entre la culture et le tourisme

L’une des premières motivations de touristes étrangers qui visitent notre pays reste la culture : la richesse de son patrimoine, matériel et immatériel, la vitalité de sa création et de sa scène artistique, ses industries culturelles et créatives, sa langue et son art de vivre. Cette offre représente une chance formidable pour le développement touristique de la France et lui permettre de conserver sa place de première destination au monde.

Notre politique du tourisme concerne tout autant les touristes français, qui restent les premiers visiteurs de leur pays. Pour 60 % de notre population, l’accès à une manifestation, un équipement ou un site culturels se fait dans le cadre d’un déplacement touristique. Le tourisme constitue un vrai levier pour l’accès de tous à la culture, dont Françoise Nyssen a fait sa priorité.

Le tourisme représente enfin un important potentiel pour la revitalisation et le développement économique, social et culturel de nos territoires, un enjeu également prioritaire pour la ministre. En l’espèce, nous devons faire évoluer notre modèle de développement touristique aujourd’hui principalement concentré sur Paris et un petit nombre de régions. L’offre patrimoniale et artistique, bien répartie dans l’ensemble du territoire, a un rôle essentiel à jouer dans ce rééquilibrage.

Pour ces raisons, le ministère de la Culture fait du tourisme culturel, comme du rapprochement des acteurs de la culture et du tourisme dans la complémentarité de leurs compétences, un axe à part entière de son action.

Une nouvelle feuille de route interministérielle

La convention Culture-Tourisme signée le 19 janvier poursuit plusieurs objectifs, traduits en actions :

1

  • accroître les synergies entre les acteurs de la culture et du tourisme, leurs organisations, les associations et réseaux représentatifs de l’offre culturelle et patrimoniale, les acteurs du tourisme social et solidaire ;
  • rapprocher les compétences, développer les formations conjointes des professionnels des deux secteurs ;
  • instaurer des cadres d’échange durables comme les Rencontres du tourisme culturel initiées par le ministère de la Culture fin 2016, dont la deuxième édition est prévue cette année, à l’automne ;

2

  • soutenir un développement touristique durable des territoires par la valorisation de leurs ressources culturelles dans tous les domaines ;
  • les thématiques patrimoine et histoire, savoir-faire et métiers d’art, industries culturelles et créatives (dont le cinéma) et création artistique ont notamment été identifiées ;
  • une attention particulière est portée aux territoires ruraux et ultramarins ;

3

  • renforcer la promotion de l’offre culturelle des territoires, particulièrement à l’international : avec Atout France, le réseau de la France à l’étranger, et l’ensemble des acteurs économiques du tourisme ;
  • dans ce domaine, le ministère de la Culture structurera ses propres labels sous une marque commune dès 2019, en lien avec les préconisations du rapport de Martin Malvy, comme la ministre a déjà pu l’annoncer le 17 novembre dernier en présentant sa stratégie pluriannuelle en faveur du patrimoine ;
  • des connexions seront établies entre l’offre culturelle et les grands événements sportifs internationaux, le tourisme d’affaires et de congrès et le tourisme nocturne ;
  • la coopération européenne et internationale pour promouvoir un tourisme culturel durable sera poursuivie et développée ;

4

  • conserver un haut niveau d’exigence en matière d’accueil et de médiation en direction des publics ;
  • poursuivre le déploiement de la marque Qualité Tourisme ;
  • renforcer l’accessibilité des sites culturels ;

5

  • soutenir l’innovation numérique qui impacte fortement le tourisme comme les établissements et les productions culturelles.

L’action du ministère de la Culture en faveur de la valorisation du patrimoine, inscrite dans sa stratégie pluriannuelle, entend contribuer, elle aussi, au développement touristique de nos territoires. Citons notamment la mise en place d’un fonds spécifique de 15 M€ favorisant le financement de travaux de restauration de monuments historiques situés dans des communes de moins de 2 000 habitants, le financement d’études pour la revitalisation des centres historiques (17 villes, expérimentation à partir des propositions émises en ce sens par Yves Dauge), ou encore le développement de nouveaux mécanismes de financement participatif innovant dans le cadre de la mission confiée à Stéphane Bern.

Enfin, le financement d’importants travaux d’investissement au titre de la rénovation et de l’aménagement de monuments historiques et sites culturels représente également un important levier pour le développement du tourisme culturel.

Source : ministère de la Culture et de la Communication

PAYS D’ART ET D’HISTOIRE : Le début d’une belle aventure.

L'abbaye bénédictine de Saint-Riquier

L’abbaye bénédictine de Saint-Riquier, se trouve au cœur du projet de Pays d’art et d’histoire Ponthieu-Baie de Somme

Délivré par le ministère de la Culture, ce label récompense un territoire menant une politique patrimoniale volontariste en matière de conservation, complémentaire d’une démarche destinée à développer la connaissance des patrimoines grâce à des actions de médiation et de valorisation. À terme, le recrutement d’un animateur du patrimoine et de guides-conférenciers permettra la multiplication d’actions concrètes en direction de la population qui bien souvent méconnaît les richesses de son territoire. Le service patrimoine a également une fonction de conseil et d’ingénierie pour les élus et les habitants, pour la conservation de leur patrimoine bâti et la mise en place de projets d’aménagement respectueux de l’ensemble du cadre de vie.

Les objectifs du Pays d’Art et d’Histoire sont complémentaires de la charte du futur Parc naturel régional Baie de Somme Picardie maritime pour former un territoire d’excellence du patrimoine bâti. L’obtention du label permettra de montrer que la Picardie maritime, tant sur le littoral que dans l’arrière-pays, possède de nombreuses richesses patrimoniales et une identité forte, atouts essentiels pour le développement d’une offre touristique de qualité.

Un nouveau visage pour le pays d’art et d’histoire

L’arrivée de Céline Abelé coïncide avec la première étape de la candidature consistant à définir le périmètre officiel du futur pays d’art et d’histoire. Pour cela, elle doit montrer la cohérence historique, géographique et patrimoniale existant entre les communes du futur pays d’Art et d’Histoire. L’enjeu est de mettre en lumière les spécificités de la Picardie maritime comme l’omniprésence de l’eau dans ses paysages, l’empreinte des reconstructions dans son architecture ou la renommée historique de ses activités industrielles. Céline Abelé sensibilise ainsi les élus du territoire aux enjeux du label pour les impliquer dans la démarche de candidature. Elle mène un travail de terrain pour mobiliser les partenaires culturels (associations, techniciens) et institutionnels.

Le périmètre provisoire du Pays d’Art et d’Histoire compte aujourd’hui cinquante communes dont officiellement les sept communes dites «fondatrices». Ce premier périmètre pourra être étendu à d’autres communes après l’obtention du label, espérée fin 2020.

Dans la perspective du label, le pôle patrimoine d’Abbeville et l’office de tourisme Baie de Somme travaillent déjà sur un programme d’activités culturelles communes (visites, expositions…). La programmation de la saison 2017 de cette partie du futur Pays d’Art et d’Histoire est disponible dans les lieux publics et sur les sites internet concernés. Au cours de la saison, retrouvez également les programmes des manifestations nationales (Journées européennes du patrimoine, Rendez-vous aux jardins…..), coordonnés par le pôle patrimoine d’Abbeville et Baie de Somme 3 vallées.

Céline Abelé, chargée de mission Pays d’Art et d’Histoire
a été recrutée en janvier 2017 par la ville d’Abbeville
en partenariat avec Baie de Somme 3 Vallées pour
porter la candidature au label et fédérer les acteurs institutionnels et culturels autour du projet.

Céline Abelé, chargée de mission Pays d’Art et d’Histoire a été recrutée en janvier 2017 par la ville d’Abbeville en partenariat avec Baie de Somme 3 Vallées pour porter la candidature au label et fédérer les acteurs institutionnels et culturels autour du projet.

Pour plus d’informations sur le sujet : celine.abele@ville-abbeville.fr ou visiter notre page PAH