Une démarche volontaire pour l’avenir de notre territoire !

Baie de Somme 3 Vallées se mobilise depuis plusieurs années autour du projet de Parc Naturel Régional Baie de Somme Picardie Maritime.

Cet engagement a conduit à une réflexion collective sur la mise en œuvre d’actions, de modifications des comportements de la part de chacun quel que soit son degré de responsabilité dans la société: économique, associatif, politique, pédagogique.

Il s’agit donc d’initier un mouvement culturel et sociologique de fond en faveur du développement durable pour créer une dynamique sur le territoire bénéfique à une expansion maîtrisée, à la qualité de vie, et à l’attractivité.

Cette approche destinée à faire de Baie de Somme 3 Vallées un territoire pilote en phase avec la norme RSE/O (Responsabilité Sociétale des Entreprises/Organisations, voir plus bas) au niveau national est un véritable enjeu. Il concerne à terme chaque acteur du territoire qui aura à en faire sa philosophie.

« Baie de Somme responsable » répond  ainsi aux préconisations de l’agenda 21 local et au plan climat en cours de finalisation.

BSR HD

Pourquoi ?

Il s’agit de favoriser  une ambition en phase avec nombre des préconisations inscrites dans le projet de charte du Parc naturel régional Baie de Somme Picardie Maritime. Un outil pour motiver chacun à entreprendre  une démarche de bonnes pratiques, établir une veille envers les initiatives susceptibles d’être valorisées, travailler en réseau pour nourrir la démarche. Baie de Somme responsable n’est ni  un label, ni une certification supplémentaires : c’est un lien informel réunissant acteurs du territoire, simples citoyens, tous décidés à impulser un mouvement de fond pour un développement raisonné de leur territoire. 

BSR

banderole-bsr

La Responsabilité Sociétale (RS)

Historique

Le concept de RSE apparaît à partir des années 1960 dans la littérature consacrée aux entreprises mais ne prend son essor qu’au début des années 1990

  • 1976 : Principes directeurs de l’OCDE pour les multinationales
  • 1977 : Déclaration tripartite de l’OIT sur les entreprises multinationales et la politique sociale
  • 1997 : Global reporting initiative initiée par le PNUE et la Coalition for Environmentally Responsible Economies (CERES)
  • 2000 : Global Compact/pacte mondial lancé par l’ONU (DH, normes de travail, environnement, la lutte contre la corruption)
  • 2001 : Livre vert de la Commission européenne
  • 2001 : France  : obligation de reporting extra-financier pour les entreprises cotées en France
  • 2007 – 2010 : France : processus Grenelle Environnement
  • 2010 : norme internationale ISO 26000 Responsabilité sociétale des Organisations
  • 2010 : stratégie nationale pour la biodiversité
  • 2011 : communication commission européenne du 25 octobre 2011 « Responsabilité sociale des entreprises : une nouvelle stratégie de l’UE pour la période 2011-2014 »
  • 2013 : plateforme nationale pour la RSE auprès du Premier ministre
  • 2014 : 22 octobre parution de la directive UE sur le reporting extra-financier des grandes entreprises

La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE)

par la Commission européenne (2011)

C’est « la responsabilité des entreprises vis-à-vis des effets qu’elles exercent sur la société »

  • Pour assumer cette responsabilité, il faut respecter législation et conventions collectives
  • Pour s’en acquitter pleinement, il faut avoir engagé en collaboration étroite avec les parties prenantes, un processus destiné à intégrer les préoccupations en matière sociale, environnementale, éthique, de droits de l’homme et de consommateurs dans les activités commerciales et la stratégie de base

La Responsabilité Sociétale des Organisations (RSO)

par la norme ISO 26000 (2010)

Responsabilité d’une organisation vis-à-vis des impacts de ses décisions et de ses activités sur la société et sur l’environnement, se traduisant par un comportement transparent et éthique qui :

  • Contribue au développement durable y compris à la santé et au bien-être de la société
  • Prend en compte les attentes des parties prenantes
  • Respecte les lois en vigueur et est compatible avec les normes internationales
  • Est intégré dans l’ensemble de l’organisation et mis en oeuvre dans ses relations

Pour définir le périmètre de sa responsabilité sociétale, identifier les domaines d’action pertinents et fixer ses priorités, il convient que l’organisation traite [toutes] les « questions centrales  » suivantes : 

  • La gouvernance de l’organisation
  • Les droits de l’Homme
  • Les relations et conditions de travail
  • L’environnement
  • La loyauté des pratiques
  • Les questions relatives aux consommateurs
  • les communautés et le développement local. 

Un territoire pionnier

Le Domaine du Val de Grand-Laviers est une résidence de tourisme trois étoiles qui s’est investie dans la démarche RSE. Afin de conforter cet engagement il se s’est tourné vers le label LUCIE qu’il a obtenu en avril 2013 . LUCIE est le label de référence en RS (Responsabilité Sociétale) en France. Il est aligné sur la norme ISO 26000. Seules une trentaine d’entreprises ont réussi à décrocher ce label très exigeant. Suite à une auto évaluation, le Domaine du Val a été audité par l’AFNOR est devenus la première entreprise en Picardie à obtenir cette certification.

Domaine du Val à Grand-Laviers

Le Domaine du Val comporte trente maisons en bois construites à flanc de vallon. Elles symbolisent une profonde sensibilisation à l’environnement. Elles sont exposées au sud. La vue sur la nature et le golf d’Abbeville est imprenable. Situé à deux heures de Paris et de Lille, le Domaine du Val s’étend sur 3 hectares. C’est une porte ouverte vers la baie de Somme toute proche.

Xavier Mennesson

«Je suis très fier d’être le premier labellisé dans le secteur du tourisme en France. J’espère que d’autres professionnels vont me suivre en Picardie. Le label LUCIE est une démarche innovante car globale. Il couronne huit ans d’efforts. La protection de l’environnement a toujours été une priorité. Pour preuve : nos maisons sont en bois. Le label va plus loin en intégrant les dimensions sociales, environnementales et économiques. Il nous oblige à nous remettre en question sans cesse et à progresser constamment. Car tous les dix-huit mois, nous sommes de nouveau audités. Rien n’est acquis. Pour moi, ce label sera un facteur clé de la réussite de mon entreprise à long terme. Il est essentiel en terme d’image. Que ce soit vis à vis de mes clients comme de mes fournisseurs. Nous allons par exemple mettre en place un sentier de découverte dans le domaine et installer une ruche. A travers un «book», nous allons sensibiliser encore plus nos résidants aux bonnes pratiques environnementales. J’ai découvert son existence en feuilletant un magazine professionnel. Je suis très honoré de pouvoir afficher le certificat dans ma résidence de tourisme.»

Xavier Mennesson, gérant du Domaine du Val à Grand-Laviers

La norme ISO 26000

La norme ISO 26000 : publiée le 1er novembre 2010, elle présente des lignes directrices pour tout type d’organisation cherchant à assumer la responsabilité des impacts de ses décisions et activités et en rendre compte. Il ne s’agit pas d’une norme certifiable. Elle vise à déterminer les domaines d’action pertinents et prioritaires pour une organisation à partir :

  • Des impacts sur l’ensemble de la chaîne de valeur (cycle de vie de l’activité/produit/service)
  • De la prise en compte systématique des 7 questions centrales
  • D’un périmètre étendu de sa responsabilité au sein de sa sphère d’influence
  • De ses parties prenantes.
  • Télécharger la brochure de l’ISO 26000

Pour approfondir le sujet :
La norme ISO 26000 en 10 questions
Le site ISO
Le site AFNOR

Découvrir l’ISO26000

Un résumé du contenu d’ISO 26000 pour en comprendre les grandes lignes et l’intérêt qu’elle présente pour les organisations.

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien